Cosmétiques

Black Swan, un succès (in)contestable ?

Voilà quelques semaines que « Black Swan » est sur toutes les lèvres. Black Swan par-ci, Black Swan par-là… Après avoir vu le film, j’ai eu envie de vous en parler, en partie parce qu’il me semble qu’un angle abordé par le film n’est que peu mentionné dans les autres « critiques » que j’ai pu lire.

Reprenons d’abord le synopsis, pour les quelques-unes qui ne le connaissent pas

Nina (Natalie Portman) est danseuse dans la célèbre troupe du New York City Ballet. Depuis des années, elle travaille sans relâche, encouragée par une mère envahissante, et espère obtenir le premier rôle pour le fameux « Lac des Cygnes » : l’histoire d’une femme transformée en cygne blanc, pour redevenir femme, un homme doit lui déclarer son amour. La jeune femme rencontre un prince qui tombe amoureux d’elle, mais au moment ou il s’apprête à la demander en mariage, sa jumelle maléfique – le cygne noir – apparait et trompe le prince qui lui déclare son amour. La jeune femme – le cygne blanc – réalise qu’elle est condamnée à rester cygne et qu’elle a tout perdu, elle se suicide alors et dans cet acte ultime, gagne sa liberté.

Tandis que Nina semble prête à tous les sacrifices pour prouver à Thomas (Vincent Cassel), dirigeant de la troupe, qu’elle est à la hauteur de ce grand rôle, l’arrivée de Lily (Mila Kunis), sensuelle et talentueuse, lui fait craindre pour son avenir dans la troupe. Amour, frissons, rivalités, tout semble réuni pour faire de Black Swan un thriller haletant…

Black Swan, qui est vraiment le cygne noir ?

(Interprétation personnelle de Black Swan, dévoilant les moments-clés du film )

Si les chorégraphies, costumes et prestations des différents acteurs ont été encensés à souhait, il me semble que bien peu de place est accordé à l’interprétation de Black Swan, beaucoup se contentent de rappeler que c’est un thriller.

En effet, c’est un thriller : au fur et à mesure du film, Natalie Portman semble de plus en plus victime d’hallucinations : elle croise son double à de nombreuses reprises, se voit victime de blessures imaginaires, flippe totalement à la vue de son reflet en décalé… De plus en plus violente envers elle-même, sa mère, les hallucinations se multiplient et sa paranoïa se fixe sur Lily. Obsédée par son incapacité à danser à la perfection le cygne noir, Lily incarne l’échec de Nina, toute nouvelle danseuse, elle EST le cygne noir : sensuelle, spontanée, envoutante… Nina devient alors persuadée que Lily tente de lui voler la vedette, perdue dans ses hallucinations, elle nous perd aussi. L’apogée de la paranoïa de Nina s’exprime lorsqu’elle finit par tuer sa rivale, qu’elle range dans un placard. Elle se rend alors sur la scène, pour interpréter le cygne noir… elle devient le cygne noir, maléfique, parfaite, tous sont impressionnés, elle-même l’est. Lorsqu’elle retourne dans sa loge, Lily lui rend visite… et elle réalise que ce n’est pas Lily qu’elle a tué, c’est elle-même qu’elle a blessé en se plantant un morceau de verre dans le ventre. Comprenant alors combien son obsession l’a parturbée, elle décide tout de même de danser le final : le cygne blanc découvre qu’il a tout perdu, son amour, son humanité, il jette un dernier regard à ses proches et se suicide. Le film s’achève sur Nina se vidant de son sang devant Thomas, Lily et les autres danseuses.


Plus qu’un thriller, j’y ai vu un « Lac des Cygnes », dans le Lac des Cygnes. Le film débute sur Nina, en tant que danseuse obsédée par la perfection, pure, innocente, fragile, elle est le cygne blanc. Au fur et à mesure, poussée par le dirigeant, par sa mère, elle va de plus en plus loin pour parvenir à incarner le cygne noir. L’arrivée de Lily déclenche en elle la métamorphose : avec elle, elle apprend à s’émanciper de sa mère névrosée, elle devient femme, à la découverte de sa sexualité… puis bien vite, après avoir éveillé en elle le désir, elle incarne son échec : Lily est le cygne noir, qu’elle a tant de mal à interpréter. C’est la jalousie et l’obsession de la perfection qui vont pousser Nina à vouloir éliminer sa rivale, mais surtout, à la faire devenir le cygne noir. Peu à peu, les hallucinations (bien que grotesques pour certaines, celle ou ses jambes deviennent des pattes de canard est vraiment ridicule je trouve) suggèrent le cygne noir, prenant le dessus sur Nina, sur le cygne blanc. C’est lorsqu’elle (croit qu’elle) tue Lily qu’elle achève de devenir le cygne noir. Lorsqu’elle comprend après la représentation que c’est elle-même qu’elle a blessé et non Lily, que son obsession de la perfection l’a menée à la folie, elle redevient peu à peu le cygne blanc… Elle lance un regard au « prince », à Thomas et à sa mère, tous deux en partie responsables de son obsession, Nina a tout perdu, elle se sait gravement blessée, en laissant le cygne noir s’emparer d’elle, sa vie s’en est trouvée détruite, tel le cygne blanc, elle saute pour être enfin libre.

A mes yeux, Black Swan est un de ces films qu’on aime ou qu’on déteste. Ceux qui le qualifient de daube n’ont pas forcément tort et ceux qui l’encensent non plus. C’est en tout cas un vrai thriller qui m’a fait frisonner toutes les cinq minutes, une vraie merveille d’interprétation et un de ces films qui ne laissent pas indifférent…

Et vous, avez-vous aimé Black Swan ? Quelle est votre interprétation des hallucinations de Nina ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

You Might Also Like

26 Comments

  • Reply Beauteetc février 13, 2011 at 8:35

    Désolée, je ne peux pas lire une ligne, j’aimerai le voir ^^

    • Reply Malicia février 13, 2011 at 8:49

      Lol pas de souci 🙂

  • Reply hell62 février 13, 2011 at 8:37

    cc je pense qu elle est schyzo voila pkoi pas de clé a sa chambre etc depuis toute petite je pense…
    un bon film tu as raison il marque les esprit
    et nathalie mérite l oscar pour l intereprétation bise

  • Reply Amélie février 13, 2011 at 9:13

    Je ne suis pas allé le voir, et honnêtement, avec tout le tapage médiatique autour de ce film…ça me donne encore moins envie! Peut-être que je rate un super film mais là…pfff ça me dit rien 😀

    Bisous,
    Amélie

    http://so-girly.over-blog.net

  • Reply Kallyane février 13, 2011 at 10:58

    Pas encore vu et j’y cours dès la semaine prochaine^^
    (je n’ai pas tout lu de peur de trop en savoir même si je pense que tu ne spoiles pas^^)

    • Reply Malicia février 14, 2011 at 12:45

      tu as bien fait de pas tout lire car je spoile à fond 🙂

  • Reply miss ashes février 14, 2011 at 12:22

    Je reviens du ciné et j’ai vraiment ADORE, pour moi c’est un grand film!! Concernant les hallucinations de Nina, je les ai interprété tout comme toi, donc pas plus à ajouter. Ton billet et vraiment très juste!

  • Reply gwenlovelayot février 14, 2011 at 6:44

    je ne l’ai pas vu et pour tout te dire jusque là, ce film ne m’attire pas trop!

  • Reply Paillettes et Futilités février 14, 2011 at 11:04

    Le scénario ne me tente pas, je ne suis pas du tout une fan de danse classique, très franchement je ne pense pas que j’apprécierais. Mais en tous cas chapeua pour cette article, tu aurais aussi pu être blogueuse cinéma 😉

    • Reply Malicia février 14, 2011 at 1:17

      Lol merci 🙂 J’aurais pu mais à vrai dire je ne vois pas assez de films au ciné pour ça (quoique ça a augmenté depuis que j’ai une amie qui adore ça ^^)

  • Reply Agat février 14, 2011 at 11:58

    Ben t’auras du prévenir tout de même que tu spoilais!!!!!! Je tombe par hasard sur ton site grace à Hellocoton, donc je ne suis pas censée savoir que tu spoile dans tes critiques.
    Et, moi qui rêve d’aller le voir (il ne sort qu’en mars par chez moi) ben… me voilà déçue…
    C’est pas si difficile que ça de prévenir non????

    • Reply Malicia février 14, 2011 at 1:14

      @Agat Euh… Dans la première partie, je ne fais que reprendre le synopsis en le personnalisant comme on peut le voir sur allociné ou autre. Concernant la deuxième partie, elle s’intitule « Black Swan, qui est vraiment le cygne noir ? (Interprétation personnelle de Black Swan, dévoilant les moments-clés du film ) », le terme « dévoilant les moments-clés du film » me semble quand même assez clair sur le fait qu’il va y avoir du spoil…

  • Reply Fantasia février 14, 2011 at 12:40

    Bonjour,
    Il y a d’autres éléments dans le film qui m’ont aussi interpelée (SPOILER!!!); notamment la relation avec sa mère.
    La mère possessive de Nina la garde cloîtrée, rien que pour elle. La relation est même assez glauque: sa mère la déshabille, elle lui fait goûter le gâteau sur son doigt, elle est même tellement présente que Nina ne peut pas avoir de sexualité (même pas se masturber comme on le voit lol!) et aussi, sa mère la dessine tout le temps (car je crois que c’est Nina qu’elle dessine).
    Mais au fur et à mesure que le film avance, on peut se demander si le fait de cloîtrer sa fille et de la surprotéger n’était pas un moyen pour la mère d’empêcher sa fille de devenir folle. Peut-être savait-elle que Nina était déjà dérangée (on entend plusieurs fois sa mère pleurer) et qu’elle voulait l’empêcher de commettre l’irréparable (attention, je ne défends pas ses manières de faire lol!!)
    Je trouve que c’est une partie très importante du film. Où est le père? Est-ce cette relation à sa mère qui l’a conduite à la folie?
    Personnellement, j’ai adoré ce film, car on ne peut tout simplement pas ne rien en dire. J’ai adoré les mises en scène de danse aussi; enfin, pour moi, c’est un chef-d’œuvre =)

    • Reply Malicia février 14, 2011 at 1:09

      Oui c’est vrai que j’ai peu abordé sa relation avec sa mère… et tu n’as pas tort, c’est un point intéressant, concernant la « folie » de sa fille… Après j’ai plutôt pensé que sa mère pleurait parce qu’elle voyait en sa fille la possibilité d’atteindre la gloire qu’elle n’a pas eu mais qu’en même temps ça lui rappelait que justement toute sa carrière était derrière elle

  • Reply plume février 14, 2011 at 12:47

    J’en ai parlé samedi après l’avoir vu. Tout à fait d’accord avec toi un « lac des cygnes dans « Le lac des cygnes ». Personnellement jai trouvé que c’était complètement loupé, en gros dès les premières minutes on sait comme ça va s’achever et on ne croit pas une seule seconde au thriller. Le film n’est fait que de grosses ficelles très mal tirées.

    • Reply Malicia février 14, 2011 at 1:07

      C’est clair que dès le début on sait que la Portman va finir par assurer en devenant un peu « bad »… mais quand même j’ai frissonné à pas mal de reprises durant le film ! 🙂

  • Reply Aurore février 14, 2011 at 2:38

    Je suis allée voir ce film samedi, et à vrai dire, il m’a mit mal à l’aise. Je ne l’ai pas trouvé mauvais, je ne l’ai pas trouvé excellent. L’ambiance du fil est comment dire… mal saine. Enfin cet avis ne concerne que moi, mais je ne sais pas… Le mélange sexe/folie/gore/beauté, trop de contraste et de contradiction.
    Après je pense que c’est un film à voir, il permet de s’interroger et ne laisse pas indifférent à mon sens

  • Reply Psycho février 15, 2011 at 11:40

    Plus qu’un thriller, j’y ai vu un « Lac des Cygnes », dans le Lac des Cygnes > Une mise en abyme, baby :))
    Et je suis bien plus d’accord avec ton interprétation qu’avec les « critiques » trop intellectualisantes que j’ai pu lire jusque là !

    • Reply Malicia février 15, 2011 at 11:42

      Merci pour le terme hihi et merci pour le compliment :p

  • Reply bavardises février 15, 2011 at 5:30

    Pour moi c’est avant tout un film sur la schizophrénie. Pour avoir un proche atteint de cette maladie, c’est un film qui m’a beaucoup touché et c’est en cas la lecture que je lui ai donnée. On y voit la difficulté de distinguer le vrai du faux, la parano, les accès de violences et les envies d’en finir. J’ai trouve cela très juste.

  • Reply Beauteetc février 25, 2011 at 2:52

    Ah et bien voilà, j’ai pu tout lire cette fois 🙂
    Je trouve ton article très juste. Moi ce film m’a touché, m’a troublé, et m’a émerveillé !
    Je vais emmener mon copain le voir je pense, et à la deuxième vision, j’y verrais surement plus clair 🙂
    J’ai trouvé très intéressant l’avis de « Fantasia » sur la relation Mère/Fille, je n’avais pas vu ça comme ça (plutôt comme toi, la mère qui veut surprotéger sa fille et qui rêve de gloire qu’elle n’a pas eu!) mais peut-être la protege-t-elle tout simplement!
    Les moments de danse sont merveilleux (moi qui avait peur d’être barbée, j’ai adorée!) et j’aime quand dans un film, on ne voit plus très bien le vrai du faux, on se laisse emmener par l’auteur!

    En gros, j’ai adoré 🙂

    • Reply Malicia février 25, 2011 at 6:50

      ah contente que ça t’ait plu !

  • Reply morticia février 27, 2011 at 9:26

    Bonsoir,

    Je viens d’aller le voir. Ce film est fabuleux et Nathalie Portman joue divinement bien. Ce scénario et ses effets m’ont permis de ressentir les émotions que j’éprouve avant de monter sur scène… ce mélange d’angoisses, de trac, de conflit interne pour dépasser ses limites et la satisfaction d’avoir « danser » et « exprimer des émotions avec son corps » plutôt qu’enchaîner des pas les uns après les autres avec un cœur vide.
    Ils ont su montrer l’envers du décor du métier d’artiste.
    Chapeau bas à eux !

    • Reply Malicia février 28, 2011 at 12:57

      Merci pour ton avis, j’adore ton pseudo :p

  • Reply morticia février 28, 2011 at 7:09

    le MAL et la MORT…
    ah tiens, je n’avais pas remarqué… et j’adore

    • Reply Malicia février 28, 2011 at 7:54

      Trop bon je n’avais pas remarqué non plus 🙂

    Leave a Reply