Cosmétiques

D’Into the Wild à Voyage au bout de la solitude…

Alors que « 127 heures » vient de sortir en DVD (et que j’ai très envie de le regarder), j’ai eu envie de vous reparler du film « Into the Wild ». Un film bouleversant, émouvant, qui plaira aux amoureux de la nature comme aux autres.

Into the Wild, c’est l’histoire de Christopher Mac Candless, un étudiant diplômé d’une grande école qui a tout quitté du jour au lendemain pour réaliser son rêve de partir en Alaska. Durant tout le film, nous suivons son aventure, de sa décision à son issue tragique. Ce film, inspiré d’une histoire vraie, a révélé le jeune Emile Hirsch que l’on avait vu dans « The Girl Next Door ». Aujourd’hui, je vais vous parler d’un livre que j’ai lu :

Voyage au bout de la solitude ( Into the wild ) – Jon Krakauer

Au début, je pensais que ce n’était qu’un long résumé de ce que j’avais vu à l’écran mais après une discussion avec un ami, j’ai appris qu’en fait c’était la biographie publiée en 1996 de Christopher MacCandless, dans laquelle on arrivait enfin à répondre à la grande question « Ce mec est-il un mec parfait ou un parfait abruti ? ». Je suis donc partie l’acheter et j’ai procédé de manière assez méthodique, prenant des notes sur ce qui me frappait, j’avais vraiment envie de savoir quel homme il était.

Si vous avez la flemme de lire jusqu’au bout, sachez que pour moi le film « Into the Wild » montre au spectateur quel homme a été Christopher MacCandless durant son périple vers l’Alaska : quelqu’un de généreux, inspirant, qui laisse une trace dans la vie de ceux qu’ils croisent. Le livre « Voyage au bout de la solitude » nous montre ce qu’il était avant de partir pour l’Alaska, quelqu’un de très ouvert d’esprit mais parfois très borné lorsqu’on le contredisait dans ses convictions, qui n’avait pas vraiment de vie sociale ( absence de petite amie entre autres ) mais qui avait toujours eu cette idée dérrière la tête de partir. Avoir vu le film et lu le livre ne permet pas de savoir vraiment qui il était, de une pour cela il faudrait l’avoir connu un minimum et de deux, de toute façon on ne connait jamais vraiment les gens. Mais ça aide à comprendre sa façon d’être et les motivations qui l’ont amené aussi bien à accomplir quelque chose de grand qu’à chuter de haut.

Ce passage de la biographie résume bien ma pensée :

« Everett était un garçon étrange, différent des autres, mais lui et McCandless ont au moins essayé de vivre leur rêve. Il ont essayé. Peu de gens le font. »

Pour les courageux, voici quelques informations que je me souviens avoir noté ( et comme une idiote, je les aies jeté lors d’un éniéme rangement de ma chambre ), attention spoilers !! – Toutes les personnes évoquées dans le film ont vraiment fait partie des personnes croisées par Christopher ( appelons le par son prénom parce que son nom est dur à bien écrire ).

Le "vrai" Christopher Mac Candless

– Ses parents avaient engagé un détective pour le retrouver, celui-ci a échoué lamentablement alors que d’après mes souvenirs du livre, il y a un moment ou Christopher avait utilisé son numéro de sécurité sociale ou bancaire et aurait pu être repéré.

– La cause de sa mort est dure à établir, il semblerait en effet qu’il ait mangé des baies intoxiquées mais que ce soit surtout son état de faim lamentable qui a eu raison de lui. Egalement, de mauvaises informations concernant la cuisson de l’élan donné par des bucherons et son ignorance du terrain. Il n’a pas fait que vivre son rêve, il s’est tellement laissé emporter par celui-ci qu’il n’a pas mesuré toute l’ampleur du problème qui lui poserait la réalité.

– Il faut savoir que, et je n’ose même pas imaginer ce que ses parents ont du endurer en sachant cela, lorsque des promeneurs sont tombés sur son cadavre en décomposition, il s’était à peine écoulé plus de quelques jours depuis sa mort ( ou deux semaines ? désolée mais j’ai pas le bouquin sous la main et pas une méga mémoire ). Il aurait eu plusieurs possibilités de s’en sortir :

Non loin de là se trouvait des cabanes de bucherons qui contenaient des vivres ;

Plus en amont de la rivière ( qui l’empêcha de passer au moment ou il était enfin décidé à repartir ) , il y avait un passage, un croisement entre deux bras je crois, qui lui aurait permis – difficilement mais de manière possible – de traverser la rivière mais cela il l’ignorait ou alors il l’avait vu mais ne pensait pas son état se dégraderait autant, aussi vite. Plus en aval, il y avait une « barge » ( c’est ça le nom ) qui permettait de passer d’un coté à l’autre et qui, justement, était « à quai » du coté de Christopher. En ayant une carte de cet endroit, il aurait surement vu ces élèments mais son manque d’informations a du lui être fatal.

– La voiture que Chris avait abandonné après la montée des eaux du à un orage à « Détrital Wash » est à présent utilisé par des forces de police, le  véhicule solide et fiable constitue une bonne voiture de planque. Le vieux qu’il rencontre dans le désert à coté du camp de naturistes a par la suite décidé de quitter sa « planque » pour partir sur les routes. De manière générale, les personnes qui ont rencontré Christopher durant son périple ont été marqués par lui, je ne pense pas qu’il était un homme parfait, mais je pense qu’il était tellement motivé et possédé par son rêve qu’il ne pouvait que provoquer quelque chose chez les autres. Comme ces gens qui vous parlent de voyages, de choses du monde que vous ne connaissez pas, on voit dans le regard quelque chose de si beau et de si vrai qu’on ne peut qu’être fasciné par cela.

– Dernière chose : J’ai trouvé le film très fidèle à la réalité, même si il n’en a montré qu’un aspect.

– Pour avoir plus d’infos :

Wikipédia – Christopher Mac Candless

Alaska – là ou tout s’est passé Un blog magnifique d’un mec qui a voyagé en Alaska et refait le parcours avec beaucoup de photos, c’est écrit en anglais mais simple à comprendre

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply lorraine août 5, 2011 at 8:28

    c’est 127 heures qui sort en dvd, pas 124. bon, a trois heures près ca change plus grand chose hein.
    quant a Into the Wild, je suis tombée dessus un jour, pas eu le courage de le mater, tu me le fais regretter, je pense lire le bouquin plutot que le film malgré tout.

    • Reply Malicia août 5, 2011 at 8:34

      Je corrige ça de suite. Et puis ouais à 3 heures près, c’est bon, il aurait eu juste un coup de soleil en moins :p
      Le bouquin est sympa, on peut s’en contenter… ms le film est quand même super fort en émotions 🙂

  • Reply Ellana août 5, 2011 at 12:55

    J’avais vu le film, que j’ai beaucoup aimé, je le trouve très beau, c’est un beau rêve, et c’est vrai qu’il faut pas mal de courage avec ce genre de rêve. De nos jours, on ne se rend pas compte à quel point on est assisté, aidé en permanence : on nous dit ce qu’il faut manger, on nous le met sous le nez dans des endroits exprès – même si ce que l’on mange n’est pas forcément bon pour nous, paradoxe !
    Et du coup, je ne savais pas qu’il existait un livre, alors je vais me renseigner hihi

  • Reply Bee août 5, 2011 at 1:51

    J’ai regardé ce film et il m’a vraiment émue! L’un des meilleurs films que j’ai vu =) La photographie est si magnifique :D!! Tu viens de me rappeler que je dois absolument acheter ce livre! Quand j’ai su que c’était une histoire vraie, cela m’a fait mal! Cet homme qui a décidé de tout mais vraiment tout abondoner, quel courage! Et mourir seule, car il ne s’était pas assez préparé, c’est triste ;( En tous cas je le recommande de le regarder aussi le film 🙂

    • Reply Malicia août 5, 2011 at 3:08

      @Bee : c’est ce qui rend le livre encore plus poignant, que ce ne soit pas de la fiction !
      @Ellana : contente de te l’avoir fait découvrir ^ ^

  • Reply Mlle toutouille août 5, 2011 at 2:15

    Ben oui tant qu’a lui retirer des heures, retires lui en 100 ou 120 , soit gentilles

  • Reply Valou août 6, 2011 at 8:46

    Super film a voir et revoir

  • Reply Eleonora août 6, 2011 at 8:47

    J’adore les images et je dois être vraiment une ringarde, je ne connais pas..Bon, il faudra que je change mon fusil d’épaule. En tous cas, cela donne envie de le lire en te lisant…merci !

    • Reply Malicia août 8, 2011 at 10:48

      @Eleonora : oh non t’es pas une ringarde hein 😉

    Leave a Reply