Cosmétiques

Jean-Paul Gaultier aurait-il abusé du calumet ?

Je ne suis pas une modeuse, je ne vais donc pas vous parler des créations de Jean-Paul Gaultier  mais en matière de parfums, j’ai toujours aimé le style affirmé du créateur.

Du mâle androgyne de « Le mâle » à la femme sage qui se découvre des pulsions d’interdits de « Classique X », en passant par la garçonne moderne de « Madame », j’aime cet esprit de contradiction et de jeu avec les frontières du genre qui anime Jean-Paul Gaultier. Il a le don de flirter avec les notions de « masculin », de « féminin », en poussant la virilité et la féminité à se dévoiler là ou on ne les attend pas. Un don qui me fait souvent penser « C’est JPG, c’est chic, j’adore » (pour résumer). Pourtant, quand j’ai vu chez Dandies un concours permettant de gagner le dernier parfum masculin de Jean-Paul Gaultier, j’ai eu un choc…

Commençons par le nom, attention, vous êtes prêtes ? Kokoriko. Oui, oui, KOKORIKO… genre le cri du coq quoi ?! Déjà là, je vous avoue qu’un bon « What the Fuck » m’est venu à l’esprit… Kokoriko, pour moi, c’est forcément le cri du coq. Et un mec qui fait le coq, c’est un imbécile qui roule des mécaniques parce qu’il n’a pas ce qu’il faut ailleurs pour assurer. Tout sauf un symbole de sex-appeal ou de virilité à la Jean-Paul Gaultier.

Jusque là, je me disais encore que je pouvais me tromper et trouver derrière ce nom absolument pas convaincant un vrai concept qui me plairait, comme toujours… Je jette un œil au flacon, c’est basique mais original.

En effet, comme on peut le voir au dessus, selon sa position, il incarne un profil d’homme ou à une silhouette masculine. Plutôt pas mal, j’avoue, mais le pire restait à venir…

Le pire, c’est ça :

Publicité « Kokoriko » – Jean Paul Gaultier

Mais c’est aussi ça :

La confirmation que j’avais raison : avec ce parfum, la virilité masculine est censée adopter des attitudes de coq latino de basse-cour… et là, je dis non !

Je ne suis pas de celles qui pensent que pour être un vrai mâle, il faut du poil au torse, des muscles et tout le bazar. Je n’ai rien contre un bel éphèbe tout en finesse des traits et en sensualité. Comme je vous le disais, Jean-Paul Gaultier a le don d’extraire la féminité, la masculinité de l’inattendu en jouant avec les genres. En choisissant de s’inspirer de la danse latino et de l’attitude « macho » qui peut en découler, certes, il reste dans une logique cohérente… mais moi, je n’accroche pas du tout. Pire, je trouve que ça frise le ridicule. Ce parfum censé être empreint de virilité, genre « moi je suis un homme, un vrai », ne me parle absolument pas. Je crois que c’est la première fois que je n’accroche pas à un concept parfum made in Gaultier. Alors, bon, je ne dis pas que j’ai compris toutes les subtilités du message. En général, je cherche à creuser mais je ne peux me défaire de cette première impression de ridicule et de péjoratif qu’on attribue à ces hommes qui font le coq… suis-je la seule à penser cela ? Je ne remets pas du tout en cause le parfum, la preuve, je n’ai même pas parlé de ses notes, tenue ou que sais-je encore, ici j’ai surtout un problème avec le côté marketing/publicité qu’il y a autour.

Alors, à vos yeux, Kokoriko sonne t-il comme un cri de victoire de la virilité façon Gaultier… ou comme un cri du ridicule dans lequel on peut tomber à vouloir trop faire dans l’original ?

PS : Concernant le titre, il s’agit d’un petit jeu de mots entre coq/plumes et plumes/indiens/calumet de la paix, pour explication 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

You Might Also Like

11 Comments

  • Reply Fanny septembre 1, 2011 at 7:33

    Je comprends totalement ton point de vue ! Mais au premier abord j’ai pensé « humour » et j’ai pensé « cocorico du coq français ».
    Je crois qu’il faut vraiment le prendre au second degré ! D’ailleurs la vidéo m’a beaucoup faire sourire XD

    • Reply Malicia septembre 1, 2011 at 7:49

      Fanny : Ah c’est vrai que je n’ai pas pensé au « coq français » (car pas d’élément rappelant ce côté frenchie) 😉
      Après, oui, c’est clair que ce message peut être pris de façon différente selon les personnes même si ça m’a un peu étonnée de JPG.

  • Reply Silana septembre 1, 2011 at 7:42

    J’ai vu la publicité hier sur un abribus et je ne suis pas convaincue effectivement par cette vision de l’homme par JPG.
    Reste à sentir le jus …

    • Reply Malicia septembre 1, 2011 at 7:50

      @Silana : Je l’ai senti vite fait. Pas mal mais il ne m’a pas convaincue non plus, après reste à voir la réaction de ces messieurs (après tout, j’adore le Black XS de Paco Rabanne et tous les mecs à qui je le fais sentir me disent que ça fait trop parfum de fille donc bon^^)

  • Reply charlotte boxon septembre 1, 2011 at 7:47

    Non, moi je ne vois pas de ridicule dans Kokoriko. Je découvre cette actu avec ton article, et au contraire je trouve une fois de plus l’esprit décalé et provocateur d’un Gaultier en forme! C’est, comme tu le précises, une histoire de goût; mais moi j’y vois le jeu des clichés cher au créateur : comme il jouait avec le mythe du fantasme homo du « matelot », et le parfum ultra sucré du « mâle », là on a le cliché démasqué du « macho » (« mâle » en espagnol) latino, pourtant interprété par un petit minet tout fin… Je trouve ça bien vu. A sentir!

  • Reply Beauty Paresseuse septembre 1, 2011 at 10:54

    Tout à fait d’accord avec toi. J’adore Jean-Paul Gaultier, Le Mâle a été mon premier parfum, mais quand j’ai découvert cette nouveauté le jour du lancement, j’ai été sous le choc. Je trouve que ça fait cheap et pas classe du tout. Nom du parfum, pub télé ou photo et même flacon, j’ai tout détesté tout de suite. Même le jus qui m’a donné un mal de crâne carabiné (à cause du cacao présent dedans je crois). C’est vrai que c’est du cliché et que c’est une marque de fabrique de JPG mais là c’est du mauvais cliché et franchement on sent pas le second degré. Après lors de ce lancement, certaines copines ont soulevé le fait que ce genre de cliché de la France allait cartonner à l’étranger. Ceci expliquant peut-être cela. C’est tellement dur et risqué de nos jours de lancer un nouveau parfum (d’où les resucées de parfum déjà existants) qu’il a peut-être voulu s’assurer le succès (et donc les rentrées d’argent) avec cette caricature. Et si je n’aime pas le jus, j’ai des copines qui ont craqué immédiatement. Mais on a quand même trouvé qu’il ressemblait à un autre parfum sur le marché sans le retrouver. En fait, le seul truc qui m’a séduite c’est les boîtes de conserve rouge que je trouve super sympas.

  • Reply Mandragore septembre 1, 2011 at 10:29

    J’avoue et le nom et le packaging ne me tentent pas du tout ! Après il faut voir se que sent le jus… Mais a mon avis sa sentira « l’homme » (genere brut de fabergé) donc rien de bien contemporain et original !

  • Reply Paillettes et Futilités septembre 2, 2011 at 8:32

    Je ne sais pas si j’adore ou je déteste, mais en tous cas ça m’interpelle (et puis il est plutôt pas moche le monsieur de l’affiche, macho ou pas ;))

  • Reply Cédric septembre 14, 2011 at 6:19

    Enfin une femme qui pense que la virilité n’a pas besoin de poil pour s’exprimer ! Merci ! Mesdames et messieurs, prenez en de la graine !!!!
    Sinon concernant le parfum, c’est du Jean-Paul Gaultier donc beaucoup vont se ruer chez Sephora pour le sentir mais je ne pense pas qu’il fasse autant de fan que Le Mâle qui reste quand même l’un des parfums indétronables des fragrances masculines.

    • Reply Malicia septembre 14, 2011 at 8:23

      @Cédric : oh oui ça fait bien longtemps tu sais 🙂 C’est aussi ça que j’aime chez JPG même si pour Kokoriko, j’ai trouvé ça trop « poussé » 🙂

  • Reply Irina septembre 14, 2011 at 8:58

    J’adore les 2 premières photos – du vrai chic, tout à fait d’accord avec vous !

  • Leave a Reply