Cosmétiques

Mon côté auto-entrepreneuse en quelques questions

On voit de plus en plus de blogueuses auto-entrepreneuses, c’est-à-dire travailleur indépendant, et je me suis dit que ça pourrait peut-être intéresser celles qui hésitent à se lancer ou qui se posent des questions si je faisais part de ma propre expérience. Auto-entrepreneuse depuis presque 3 ans, j’ai eu en effet l’occasion d’effectuer différentes missions en rédaction web et en community management pour différents clients. Alors, voilà, sans vouloir faire dans l’auto-témoignage, je vous propose de voir les gros points liés à cette activité en illustrant par ma propre expérience !

Source : http://blog.jumanji-shop.com/gengis-cannes-the-programme/

Comment devient-on auto-entrepreneur ?

Pour ma part, je suis un peu devenue auto-entrepreneuse « par hasard » en fait. J’étais déjà blogueuse, je suivais des études en communication et une copine m’a proposé de s’occuper de la rédaction web d’une de ses clientes car elle n’avait pas le temps. C’est là que je suis devenue auto-entrepreneuse, la déclaration est un peu « relou », ça prend un bon mois le temps d’avoir son SIRET mais c’est un régime simple qui permet de ne pas payer d’impôts si on ne gagne rien. J’ai aussi pu bénéficier de l’ACCRE pour payer moins d’impôts sur mes revenus.

On peut tout à fait être auto-entrepreneur et salarié, mais il convient de demander l’autorisation de votre entreprise et de ne pas être en concurrence directe avec elle  (= si vous travaillez dans un institut d’esthétique pour ongles et que vous vous  mettez en AE pour vendre des vernis à ongles, ça passe, mais si c’est pour proposer des services esthétiques type manucures etc, c’est « borderline »).

Comment développer son auto-entreprise ?

J’ai commencé à développer mon auto-entreprise grâce à mon réseau, c’est ainsi que j’ai eu mes premières missions (dont l’une reste l’une des plus conséquentes que j’ai eu à ce jour). Puis j’ai enchaîné les missions par-ci par-là, grâce à des annonces sur internet, Facebook, Twitter, des recommandations.

Pour développer son auto-entreprise, je pense qu’il faut savoir multiplier les recherches sur différents supports et ne pas penser que ça va « vous tomber dans le bec ». Le réseau peut aider, si vous en avez, c’est bien, mais il ne fait pas tout et on peut aussi faire sans. Mais il faut aussi savoir « prospecter ».

Quels sont les avantages et inconvénients ?

Aujourd’hui, j’aime beaucoup mon statut d’auto-entrepreneuse parce que ça me permet de faire des missions variées, souvent de qualité, dans un milieu qui me plait. Etant donné qu’actuellement, le poste dans lequel je travaille à temps plein n’est pas totalement celui auquel je me destinais, mes missions m’éclatent souvent bien, et je peux vraiment sélectionner pour qui je travaille et sur quoi. Et ça me fait un bon revenu complémentaire non négligeable.

Coté inconvénients, le principal reste le manque de stabilité. Je peux avoir un mois avec 4 contrats courts et 3 mois sans rien. Et même quand j’ai des clients réguliers, je ne peux jamais prévoir comment ça va se passer. Niveau argent aussi, beaucoup de clients qui veulent passer par des auto-entrepreneurs pensent que c’est parfait pour du « bon travail pas cher ». Ce sont ces mêmes « petits » clients qui vont causer certaines difficultés à payer parce que : leur activité ne marche pas si bien / ils attendaient des miracles mais t’es pas magicien / ils pensent pouvoir se débrouiller tout seuls etc…

Qui peut devenir auto-entrepreneur ?

Ce régime est ouvert à tout le monde ! Mais il diffère selon les milieux. Pour ma part, j’ai suivi des études en communication avec une spécialisation web. La communication web, c’est ce que j’aime faire, c’est ce pour quoi j’ai étudié, c’est aussi dans ce domaine que j’ai cherché du travail. C’était donc naturel que je reste dans le secteur de la communication pour mon auto-entreprise. Après, dans le milieu du web par exemple, on voit un peu de tout et des gens très compétents aussi qui se forment sur le « tas », en autodidacte ou après reconversion.

Enfin, puisque je sais que vous attendez qu’on en parle depuis le début de l’article (avouez^^), on retrouve souvent des blogueuses auto-entrepreneuses dans les milieux de la communication sur internet. Je pense que c’est notamment du au fait que le blog cumule les compétences qu’on met en avant pour ces métiers : la rédaction, l’interaction, les échanges … A l’inverse, une bonne blogueuse avec un blog qui marche ne sera pas forcément un bon community manager ou une bonne rédactrice web par exemple. De même, en imaginant que vous soyez une très bonne rédactrice avec une formation complètement en dehors du sujet, votre manque d’expériences peut aussi poser problème. Bref, l’auto-entreprise n’est pas un eldorado pour blogueuses et avoir un blog qui marche ne suffira pas forcément à vous permettre de décrocher des contrats. Oui, je sais, ça a un côté décourageant cette dernière précision mais ce n’est pas le but hein, c’est juste pour prévenir que même si c’est « simple » et « gratuit », il faut réfléchir avant de se lancer.

Voilà, j’ai essayé de ne pas faire trop long et j’ai volontairement éludé pas mal d’aspects pour ça donc n’hésitez-pas à me poser vos questions. De même, bien sûr, cet article reflète ma vision de ce statut, n’hésitez-pas à commenter si le votre diffère ou pour le compléter 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

You Might Also Like

12 Comments

  • Reply Lolita septembre 4, 2013 at 8:10

    merci pour cet article intéressant 😉

  • Reply Rondinette septembre 4, 2013 at 9:08

    Merci pour cet exposé!
    2 questions : peux tu expliquer ce qu’est l’ACCRE?
    Quand j’avais un site qui me rapportait un peu via les publicités je me suis toujours posé la question de passer ou non auto entrepreneur… et je ne l’ai jamais fait .

    • Reply Malicia septembre 4, 2013 at 9:16

      L’ACCRE est une « aide » accordée dans certains cas pour payer moins d’impôts sur ce que tu gagnes en AE.
      Concernant le site avec lequel tu gagnais de l’argent, normalement, dès que tu touches de l’argent, tu dois avoir le statut lié pour pouvoir le déclarer aux impôts.
      Je suis passée AE du coup dès ma première mission.

      • Reply Rondinette septembre 4, 2013 at 9:26

        En fait, j’ai déclaré aux impots mais sans passer par ce statut.

  • Reply Rondinette septembre 4, 2013 at 9:10

    Oups, j’ai zappé la 2eme question:). A partir de quelle somme de gains , t’es tu décidée à passer auto entrepreneur?

  • Reply La Geekette septembre 5, 2013 at 7:56

    Coucou !
    Ton article est intéressant, d’autant plus que je suis en train de me préparer à passer au statut AE (j’ai d’ailleurs vu que le revenu max autorisé va passer à 19k € ce qui m’embête un peu, tu en sais plus à propos de ça ?).
    Si j’ai bien compris tu as un emploi salarié à temps plein à côté, comment arrives tu à concilier les deux au niveau du temps. Perso, je fais 8h30 – 18h30 tous les jours et je me dis que ça sera chaud au début… Mais le but à terme est de passer à 100% AE dès que mon activité aura bien décollé 🙂

    • Reply Malicia septembre 5, 2013 at 12:56

      Pour ce qui est du revenu maximum autorisé, je ne les atteints pas encore donc ça ne m’inquiète pas ^^
      Pour concilier, c’est pas facile, je travaille soir et week-end, disons que à côté j’ai une vie perso’ plutôt simple donc ça va. Mais des fois pour les grosses missions c’est le rush -_-

  • Reply moon septembre 6, 2013 at 1:18

    c’est un article trèès intéressant ! merci pour ces précisions !

    http://lanoura.blogspot.fr

  • Reply MamzelDree septembre 6, 2013 at 9:58

    Merci pour ton retour d’expérience. Moi je viens de passer AE très récemment, et c’est vrai qu’il y a pas mal de travail en tant que CM freelance, meme s’il y a tous genres de missions… Et parfois les clients cherchent le mouton à cinq pattes^^
    Mais les AE c’est aussi une communauté, et le plus dur pour moi est de faire un bon devis, être au plus près de la réalité… mais je pense que cela viendra avec l’expérience.

    Bonne continuation ! 🙂

    • Reply Malicia septembre 8, 2013 at 4:42

      Ce n’est pas toujours facile de proposer le bon prix mais on apprend à bien jauger au fur et à mesure 🙂

  • Reply Parapharmacie Universpara septembre 12, 2013 at 10:19

    C’est toujours sympa d’avoir des retour d’expérience. C’est une bonne formule que l’AE pour se lancer sans trop de risque ou de connaissances administratives, comptables,… Espérons que ça ne va pas trop être bouleversé dans les mois à venir.

    • Reply Malicia septembre 12, 2013 at 3:22

      Ce sera surtout bouleversé pour ceux qui en font leur revenu principal je pense, je suis donc à l’abri !

    Leave a Reply