Cosmétiques

J’ai vu : La vie d’Adèle (inspiré de « Le bleu est une couleur chaude »)

Lorsque j’ai dit que j’allais voir « La vie d’Adèle » sur Twitter, plusieurs personnes m’ont demandé de leur dire ce que j’en avais pensé… alors j’ai décidé de le faire ici 😉 Mais avant, j’ai lu la BD dont le film avait été inspiré « Le bleu est une couleur chaude », pour pouvoir vous proposer une vision d’ensemble.

Le film : La vie d’Adèle

La vie d’Adèle est donc un film récemment sorti au cinéma qui fait beaucoup parler de lui, et ce, pour de nombreuses raisons. On peut par exemple parler de la durée du film : 3 heures, un record ? On peut aussi parler du scandale qui oppose le réalisateur Abdellatif Kechiche à l’une des actrices principales, Léa Seydoux, à propos des conditions de tournage du film. Enfin, on peut aussi aborder les scènes de nus et d’étreintes sexuelles que certains spectateurs ont comparé à du « presque pornographique ». Bref, on peut se dire que ce film a fait parler de lui, et c’est donc en ayant conscience de ce qui m’attendait que j’y suis allée avec une amie.

Mais de quoi parle le film ? De la vie d’Adèle, jeune lycéenne qui se découvre des sentiments et de l’attirance pour les filles. Cette découverte va s’accentuer lorsqu’elle rencontre Emma, lesbienne aux cheveux bleus plus qu’assumée, plus vieille aussi. Au fil des rencontres, on va suivre la vie d’Adèle et l’évolution de sa relation avec Emma. D’année en année, on les voit se trouver, s’aimer, emménager ensemble, devenir un couple sérieux, se disputer, se séparer, se retrouver…

Malgré la longueur du film (qui devenait un peu long sur la dernière demi-heure), j’ai bien aimé « La vie d’Adèle » qui traite d’une relation entre deux femmes, mais surtout d’une relation de couple dans son quotidien avec pas mal de réalisme. La maladresse d’Adèle, l’espèce de magnétisme d’Emma, on se prend vite à sourire devant leurs premiers émois, les premiers rapprochements… Coté scènes intimes, honnêtement, bon, on voit tout, mais vraiment. C’est surtout la première scène qui est troublante car longue… mais longue… les autres scènes sont plus courtes et donc s’intègrent plus à l’ensemble.

La Bd : Le bleu est une couleur chaude

Après avoir visionné le film, j’ai donc décidé de lire la BD « Le bleu est une couleur chaude » qui raconte sensiblement la même histoire à l’exception près que dès le début, on nous annonce la couleur : Clémentine (et non Adèle) est morte, à sa demande, Emma passe dans sa famille pour récupérer son journal et le lire. On découvre alors des choses que l’on peut voir dans le film, les premiers émois, le questionnement, le flirt, mais aussi d’autres choses qu’on perçoit moins, le mal-être de Clémentine, sa difficulté à trouver sa place.

Si j’ai beaucoup aimé le style très brut de « La Vie d’Adèle », qui offre une vision un peu moins travaillée, plus vraie, j’ai préféré les émotions qui étaient véhiculées par « Le bleu est une couleur chaude ». Parce qu’on ressent vraiment que les problèmes de la relation entre Clémentine et Emma viennent principalement du mal-être de Clémentine, alors que dans le film, on a plus l’impression qu’il y a des soucis parce que Adèle est confrontée à la réalité d’une relation « sérieuse » et qu’elle n’arrive pas si bien que ça à communiquer avec Emma. Elle le crie à un moment « J’avais l’impression que j’étais toute seule ». Dans la BD, Clémentine dira qu’elle a tout pour être bien avec Emma mais qu’il manque quelque chose, qu’elle ressent encore un vide.

Alors bon, je ne vais pas me faire critique de ciné alors que je ne le suis pas… et vous lirez par exemple dans cette critique un sacré nombre d’éléments très intéressants. Pour ma part, je dirais juste que j’ai aimé au final le côté « modeste » du film, cette normalité poussée à l’extrême, ce constant équilibre entre un film qui nous balance en pleine tronche la question de l’homosexualité féminine (avec notamment des scènes sexuelles parfois trop présentes) et une histoire qui nous raconte simplement comment un couple peut vivre ses premières et dernières fois, comment l’amour peut se rapprocher de la haine, et la dépendance mener au conflit.

Honnêtement, le film passe très vite et même s’il n’est pas essentiel d’aller le voir au cinéma, ça reste néanmoins une belle histoire, menée avec une mise en scène atypique (que certains trouveront probablement merdiques mais bon, ça ne peut pas plaire à tout le monde !). N’hésitez-pas à me donner vos avis 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Easy Maybe novembre 25, 2013 at 9:32

    Je me suis promis de ne pas aller le voir… déjà parce que j’ai envie de pisser au bout d’une heure, et parce que le réalisateur a quelque chose d’antipathique…
    Mais sincèrement ta critique me donne (pour la première fois) très envie d’aller le voir !
    Bises

    • Reply Malicia novembre 25, 2013 at 11:13

      Ahah oui les pauses pipi c’est chaud 😀 Et faudra me dire si le film te plaît si jamais tu vas le voir 😉

  • Reply escapadesamoureuses novembre 25, 2013 at 10:49

    Je suis allée le voir (avec des amies). J’ai aimé, j’ai été touché par cet amour et la façon de le filmer. Oui certaines scènes sont crues mais elles refletent vraiment cet amour intense. Je n’ai pas vu passer les 3 heures.

  • Reply Ingrid décembre 3, 2013 at 11:56

    Pas vu et pas envie d’aller le voir notamment après avoir lu ou entendu plusieurs interviews et je trouve que d’autres films méritent vraiment + d’être vus !
    En ce moment, vraiment envie d’aller voir : Hunger Games 2 mais aussi pourquoi pas la reine des neiges.

    • Reply Malicia décembre 4, 2013 at 12:38

      Hunger Games 2 est sur ma liste aussi ainsi que la reine des neiges. Viens à Lille je t’invite au ciné pour aller les voir 😀

    Leave a Reply