Browsing Category

Et aussi…

Et aussi..., Humeurs

Un mois sans elle…

Il y a un mois, elle était toujours avec moi. La veille, on avait passé la soirée avec ma meilleure amie, et la nuit à dormir avec elle juste entre nos deux têtes, à veiller sur nous. On avait pleuré un peu aussi, elle comme moi, parce qu’on savait que la fin se profilait pour ce chat qui nous avait vues grandir durant 13 années.

Quand je suis rentrée ce soir-là, j’ignorais que c’était la dernière soirée. Mais je savais que c’était le dernier week-end. Je voyais son état dégradé malgré les médicaments, j’espérais qu’elle s’éteindrait paisiblement. Je pensais « si elle ne va pas mieux lundi, il faudra prendre LA décision ». On a eu une belle soirée, elle et moi, un moment câlin à mon arrivée, un appel vidéo avec elle sur mes genoux. Ce n’est qu’un peu après m’être installée dans la chambre à regarder une série que tout s’est accéléré. Elle est partie en 45 minutes des suites d’une embolie. Comme si elle avait tenu jusque là pour nous offrir une dernière soirée. En vérité, ce petit chat a tenu jusqu’au bout, à continuer de s’alimenter, de boire, rester à mes côtés, aussi longtemps que possible et jusqu’à la fin.

Aujourd’hui, ça va faire un mois qu’elle n’est plus là. La plupart du temps, ça va. Je continue de rire, de bouger, de voir des ami(e)s, de vivre. Et puis, par vagues, ça revient. C’est son regard qui me manque. Sa façon de me fixer dans les yeux quand elle venait se faire câliner, ses coups de tête tout en délicatesse, nos moments. Shalimar avait cette manière de vous faire comprendre ses humeurs. De passer devant vous avec dédain, de ne pas obéir aux ordres avec insolence… Mais elle choisissait de vous aimer autant que vous la choisissiez.

Bien sûr, mon autre chat, Minuit, est là. Je l’aime et il m’apporte beaucoup d’amour. Je le dis souvent, il m’apaise beaucoup en ce moment, et je me découvre bien plus calme en sa présence. Nous l’avons tous les deux perdue, et je le sens aussi perdu que moi, à sa façon. Mais il n’est pas elle. Et ça, c’est difficile parfois. C’est difficile d’être confronté à son besoin d’amour encore plus important qu’avant quand l’absence de Shalimar est encore si… présente. Difficile d’être confrontée à des sentiments aussi conflictuels.

Au final, pendant ce mois, j’ai l’impression d’avoir fait tout ce que je pouvais pour l’accompagner dans la mort jusqu’au bout (l’enterrement de ses cendres n’a eu lieu que récemment). Mais aujourd’hui, il me reste encore à apprendre à vivre sans elle, et ce deuil-là me donne parfois l’impression de n’en plus finir…

Mais j’ai eu la chance d’être bien entourée, écoutée, de pouvoir en discuter avec des gens qui ont vécu la même chose. J’ai été aussi surprise par la réaction de certaines amies qui ne sont pas du tout « chat » et qui ont pourtant tellement bien compris l’importance qu’elle avait. J’ai toujours su que ce serait difficile quand je la perdrais, mais je ne pensais pas que ça le serait autant. Néanmoins, au fond, je peux presque me dire que les choses se sont passées « du mieux qu’elles auraient pu se passer », et ça ce n’est pas rien.

Ces retours de voyage qui me manquent…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Et aussi..., Forme

Prochain défi sportif : la Ch’ti Délire à Villeneuve d’Ascq (+ concours)

Vous le savez, depuis quelques temps, j’aime participer à des courses thématiques, et ça a commencé avec la Color Me Rad de Lille où je suis allée deux années de suite… La Ch’ti Délire, course à obstacles, est une course dont j’entends parler depuis des années, mais je ne m’étais jamais décidée à participer car cela représentait un trop gros défi à mes yeux. Et puis, cette année, j’ai décidé de me lancer afin d’accompagner des amis.

C’est vrai que sur le coup, quand on te dit 11 kilomètres, un max d’obstacles dont du saut dans la boue, de la nage, des échelles de corde etc… tu peux te dire « non merci ». C’est un peu ce que je me disais ces dernières années, parce que bon, je n’ai déjà jamais couru un 10 kilomètres alors si tu ajoutes les obstacles avec.

Sauf que la Ch’ti Délire reste une « course » abordable car finalement, tu la fais à ton rythme. Tu n’es pas obligé de faire les 11 kilomètres en courant, il n’y a pas de chronomètre, et si tu ne « sens » pas un obstacle, la plupart du temps, il y a toujours une échappatoire. Bien sûr, le but, ce n’est pas de tout faire en courant et d’éviter la moitié des obstacles, mais ça reste rassurant car même si j’aime les défis, je n’aime pas quand je sais que je ne vais pas avoir le choix. Je commence à me connaître pas mal niveau capacités et quand je dis que je « sens » pas quelque chose au point de ne pas vouloir le faire, je sais que j’ai raison de ne pas me forcer 😉

Bref, cette année, la Ch’ti Délire, je la fais enfin… et j’ai à la fois hâte et un peu d’appréhensions à voir ce que cela donne ! La bonne nouvelle, c’est qu’en plus de mon dossard, la Ch’ti Délire m’a permis de vous faire gagner un dossard aussi pour participer le samedi 7 octobre à Villeneuve d’Ascq !

Pour participer au concours et tenter de remporter votre dossard, remplissez ce court formulaire en ligne avant le 21 septembre.

Aucune contrepartie financière ou matérielle ne sera fournie en cas d’annulation / report de l’événement ou d’un quelconque souci de l’organisation. Vous êtes responsable de votre propre transport et c’est à vous de vous organiser pour les éventuels documents qui seraient demandés.

Alors, que pensez-vous de ce genre de course ? Pour en savoir plus, RDV sur la page Facebook de la Ch’ti Délire 🙂

Les photos appartiennent à la Ch’ti Délire

Rendez-vous sur Hellocoton !
Et aussi..., Forme

Challenge Run and Fly Lufthansa : tu cours, tu gagnes

La course à pied n’a jamais fait partie de mes sports préférés, et pourtant, au fil du temps, j’apprends à l’aimer. Aimer courir de temps en temps, pour garder la forme, pour me bouger. Ou lors d’événements particuliers, comme la Color Me Rad à Lille à laquelle j’ai encore participé, pour me défouler. Alors, forcément, quand courir peut me permettre de rapporter un voyage, je dis « oui »… et je me suis dit que j’allais vous en parler 😉

Le challenge Run and Fly de Lufthansa : objectif 10 kilomètres

7 kilomètres, environ 50 minutes, c’est pour l’instant mon maximum atteint lors d’une course… le challenge Run and Fly, c’est 10 kilomètres à courir en une fois dans la journée du 9 juillet. Et 3 challenges, à réaliser entre le 29 mai et le 9 juillet :

–          Challenge A350 : A partir du 29 mai, courir 3,5 kilomètres en une fois

–          Challenge Bagages connectés : faire 7.3 kilomètres à partir du 12 juin

–          Challenge Fly Net : faire une heure de course d’affilée à partir du 26 juin

A gagner parmi tous les participants qui auront relevé les 3 challenges et couru 10 kilomètres le 9 juillet : deux billets d’avion, une GoPro, une montre connectée ou encore des bons d’achat ! Clairement, il y a de quoi se motiver… et pour ma part, j’ai décidé de me lancer. Bon, clairement, je pense que je vais avoir du mal pour le challenge 1h et la course de 10 kilomètres, mais c’est un défi que je me vois bien réaliser. Si vous voulez participer, c’est ici :

http://www.runandflylufthansa.com/home

Mon premier challenge Run and Fly : la Color Me Rad

Pour ma part, j’ai réalisé le premier challenge lors de la Color Run 2017 à Lille ! Encore une fois, cette année, l’ambiance était au rendez-vous, le soleil, et je m’y suis rendue avec mon traditionnel jogging Hakuna Matata et une toute nouvelle paire de baskets running Puma que je voulais tester pour l’occasion. J’ai en effet choisi les Puma Expedite sur le site Zolibo (sur lequel on peut acheter aussi bien des baskets que des escarpins femme 😉 ) parce que j’aime beaucoup la marque Puma en général, j’aimais leur style et surtout je voulais tester des baskets 100% running. Et elles se sont avérées à la hauteur : je n’ai pas eu mal au pied, et j’ai même fait la course sans m’arrêter cette fois ! Bien sûr, une course ce n’est pas suffisant pour se faire un avis pointu, mais en tout cas, pour la coureuse occasionnelle que je suis, je pense qu’elles feront bien l’affaire.

Du côté de la Color Me Rad, cette année encore, j’avais été invitée à participer, mais je suis cette fois-ci passée par le schéma classique, sans « accueil presse » dédié. J’ai donc pu tester l’organisation en « conditions réelles » : la récupération du pack dossard était franchement parfaite, pas trop de monde et bons horaires ; pareil pour le début de la course, on attend pas trop sur place et on ne patiente pas trop à l’entrée, bref, j’étais satisfaite. J’ai juste regretté à l’arrivée une ambiance un chouilla moins festive que l’an dernier, avec moins de petits stands sympas et surtout des jets de couleurs bien moins fréquents (un seul en une heure alors que l’an dernier, c’était un lancement toutes les 20 minutes). On reste tout de même contentes d’avoir fait la course et je réfléchis avec une amie à faire la course Run Disney qui a lieu à Disneyland Paris dans quelques mois.

Alors, vous allez vous lancer sur le challenge ? Pour ma part, faut que je me motive à continuer mais surtout, il faudrait que les températures baissent un peu histoire que je puisse courir dehors 😉

J’ai écrit cet article dans le cadre du challenge organisé par « Le café des blogueuses » sur Facebook autour du thème acidulé, la couleur de mes baskets et la Color Run s’y prêtaient bien 🙂 Et si vous aussi, vous voulez vous laisser tenter par la « Disney Run », lisez les articles de Vivre Healthy , Hello Disneyland et Anne Dubndidu.

Rendez-vous sur Hellocoton !