Browsing Category

Forme

Et aussi..., Forme, Perdre du poids

Rééquilibrage alimentaire : 2 ans après…

Souvenez-vous, il y a deux ans, je vous expliquais comment j’avais perdu 20 kilos grâce à un rééquilibrage alimentaire et au suivi d’une diététicienne à Lille. A l’époque, plusieurs personnes s’étaient inquiétées que je puisse « tout reprendre » et justement, comme je suis en plein élan positif à ce sujet, j’ai décidé de faire le point. A la fois pour vous, pour vous permettre de répondre à la fameuse question : est-ce qu’on reprend tout après un régime ? Et pour moi aussi, parce que cette question du poids reste importante, moins qu’avant, mais bien présente.

La reprise du poids après un régime : mythe ou réalité ?

Je vais tenter de répondre à cette question en faisant le point avec vous, mais je tiens à vous prévenir qu’il s’agit d’un ressenti personnel. Je ne dis pas que ma façon de faire est la bonne, ni la plus conseillée. Je dis juste que c’est celle qui me convient, à ce jour, et que je serais contente si cela peut vous aider. En 2015, j’avais perdu à peu près 20 kilos, ce qui plaçait mon poids aux alentours de 81/82 kilos. A l’heure actuelle, je fais 87 kilos, j’ai donc repris un peu plus de 5 kilos en 2 ans. 5 kilos, c’est du poids repris MAIS ce n’est pas « tant que ça » si on se penche sur mon parcours durant ces 2 ans : une année à faire du yo-yo entre « je suis mon régime » et « je fais ce que je veux » et six mois à faire carrément n’importe quoi car étant au chômage, je n’avais plus de rythme. Ce sont des choix que j’ai fait, ça me regarde, et je n’ai pas l’intention de m’attarder là-dessus ici car ça n’aurait pas d’intérêt pour cet article…

Donc, si vous avez bien suivi ( 🙂 ), à ce train-là, j’aurais pu reprendre bien plus de poids… mais je suis toujours restée active. Déjà, pendant mon régime, je faisais du sport toutes les semaines avec le self-defense. Et même quand j’ai arrêté, j’ai toujours continué le sport une fois par semaine minimum, avec souvent des séances à la salle de sport, et des activités pour me bouger.

On dit souvent que pour perdre du poids, l’alimentation représente 80% du travail et le sport 20%.  Je ne suis pas spécialiste, mais après ça, j’aurais tendance à dire que pour ne pas reprendre de poids, quand l’alimentation fait défaut, c’est le sport qui sauve votre peau (même si ce n’est pas une excuse pour manger n’importe quoi). Régulièrement, j’ai aussi alterné entre alimentation équilibrée et mauvaise alimentation, mais j’ai souvent gardé l’habitude de peser mes féculents et d’ajouter des légumes à mes repas. C’est peut-être la chose la plus compliquée pour moi : j’arrive facilement à suivre des repas équilibrés, mais je craque encore de manière cyclique sur une avalanche de sucreries et de chocolats. Le positif s’annule avec le craquage négatif, retour à la case départ.

Genre ça, c’est bon, mais c’est pas bien ^^
( Mon avis sur PNY Burger Paris à découvrir sur mon blog voyage pour info)

Rester optimiste et penser objectifs

J’ai eu envie d’écrire cet article suite à un défi écriture sur Le Café des blogueuses à propos de « La tristesse ». Parce que justement, la tristesse me guette encore dans mes efforts. Pendant longtemps, ça a été l’abattement. Je me sentais déjà vaincue, et je ne faisais rien pour changer. Maintenant, c’est la tristesse qui revient parfois, quand j’ai l’impression de ne pas évoluer assez vite, assez bien. C’est d’ailleurs pour ça que même quand je passe des journées à mal manger, je me dis que je suis encore en rééquilibrage alimentaire. Parce que je ne veux pas me dire « j’arrête, je suis nulle, je saurais pas ». Pour moi, je fais des pauses, un peu trop d’ailleurs, avec un peu trop de mal pour reprendre le fil, mais je ne me laisserai pas décourager. Même si ce n’est pas évident, je garde mon optimisme dans ma perte de poids parce que j’ai deux grands objectifs à atteindre !

  • Améliorer mes performances sportives

Vous l’avez compris, pour moi, le sport est important lorsqu’on veut perdre du poids. Pas du sport tous les jours non plus, mais à échelle minimale (une fois ou deux par semaine) pour garder votre masse musculaire (et donc continuer de brûler autant de calories que lorsque vous pesiez plus). Mais depuis que j’ai une salle de sport au travail, je fais maintenant du sport deux à trois fois par semaine… et parfois, je galère. Mon corps me fait parfois ressentir (fatigue, courbatures) qu’il a du mal à suivre le rythme. Mais je suis tout de même heureuse car je sens que ça me rend service et j’aime me savoir active.

C’est pour cette raison que l’un de mes objectifs est de continuer à perdre du poids pour et grâce au sport. Du coup, je continue les séances régulières, et je m’équipe petit à petit. J’ai par exemple dernièrement reçu ce sac de sport Puma du site de vente de sacs Sacastar, que j’aime beaucoup avec ses deux compartiments séparés dans le sac, sa poche avant pour y glisser une serviette ou des papiers par exemple, sa grande taille, idéale pour mettre plusieurs tenues. Je l’ai d’ailleurs utilisé pour partir en week-end à la mer, il était parfait niveau contenance ! Il me reste encore à trouver de nouveaux t-shirts sport plus colorés (si vous en voyez des sympas quelque part, dites-le moi), une nouvelle brassière de sport et pourquoi pas une nouvelle paire de baskets elle-aussi plus sympa. Oui, je suis motivée alors j’ai envie de couleurs et de style dans ma tenue, plus simplement de tenues « premier prix » passe-partout.

Oui, je suis légèrement obsessionnelle…

  • Passer le cap de la réduction mammaire

Le deuxième objectif poids que j’ai en tête, et celui qui marquera la dernière étape, c’est la réduction mammaire. Comme vous pouvez le voir sur certaines photos, j’ai une très grosse poitrine qui continue de me gêner. Malgré la perte de poids, je n’ai perdu qu’un ou deux bonnets et c’est largement insuffisant et ça devient pour moi de plus en plus… « lourd » tout simplement. Cela fait des années que j’ai une grosse poitrine et qu’on me parle de réduction mammaire. Mais jusque là, je ne voyais pas cela comme une priorité car je devais déjà m’occuper de mon poids.

Maintenant que je suis sur la bonne route de ce côté et après avoir perdu autant de kilos, je ressens toujours cette grosse poitrine comme une énorme gêne. J’en ai marre de me sentir définie par ça, aux yeux de tant de mecs. D’avoir encore des mecs que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam qui se permettent de me demander si ils peuvent toucher parce qu’ils ont jamais eu une copine avec autant de poitrine (SERIOUSLY ??). De galérer à trouver un magasin de lingerie à Lille qui vende ma taille (spoiler : y’en a pas). Bref, c’est la dernière étape mais pour ça, il faut que j’atteigne mon poids « idéal », une dizaine de kilos en moins, car après une réduction mammaire, il est déconseillé de perdre plus de quelques kilos. D’ailleurs, si vous avez une adresse de bon chirurgien à Lille, je suis preneuse car je ne connais encore personne.

Voilà, vous savez tous sur ma perte de poids et mes objectifs. C’est sûr que c’est encore loin d’être gagné… atteindre 75 kilos, ce serait parfait. Mais me stabiliser à 80 kg, ce serait déjà chouette 🙂

Et pour rester dans l’anti-tristesse, je vous recommande le blog de Beauty Addict Corner avec son article, celui de Lilitu qui a fait le même rééquilibrage que moi et celui de Lucile Woodward et de ses bons conseils sportifs 🙂

Et vous, si vous souhaitez perdre du poids, quels sont les objectifs qui vous motivent ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Et aussi..., Forme, Perdre du poids

Pourquoi il n’y a pas de « bon » moment pour maigrir

Pendant que certain(e)s se régalent avec leur calendrier de l’avent, ça y est, je me suis décidée à repartir sérieusement sur mon régime / « rééquilibrage alimentaire » ! « Quoi, mais t’es folle, en plein Noël quoi, ça va pas la tête ? » => la réaction de plusieurs copines. Réaction qui m’a donné envie de démonter LE mythe une bonne fois pour toutes : non, il n’y a pas de bon moment pour faire régime ! 😀

15220203_1422604874417618_4809929697991066482_n

« Ouais, enfin, y’a quand même des moments plus propices que d’autres pour faire régime »

C’est vrai, il y a des moments plus propices que d’autres pour se reprendre en main. Par exemple, quand vous n’avez pas un gros voyage à l’étranger prévu (=> craquage assuré), quand vous n’avez pas 15 000 soirées prévues (=> re-craquage), et quand ça va plutôt bien dans votre vie (=> moins de déprime, moins de craquages). Pour ma part, le moment propice, c’est maintenant, car :

  • J’ai repris une activité salariée qui rythme ma vie (adieu les levers réguliers en début d’aprem qui te flinguent ton appétit et ton équilibre alimentaire)
  • Je n’ai plus de voyage gastronomique en prévision, à l’image de mon séjour dans le Périgord qui m’a valu 1,5 kilos
  • Je me sens plutôt bien dans ma vie, mais je pense qu’il est temps d’arrêter de me contenter d’un objectif à moitié réussi et bref, j’ai envie de me booster
15042057_1107340289374012_7907103132115438505_o

Aperçu de 4 jours dans le Périgord. Et encore, y’a pas tout là…

Alors oui, le moment est plus propice qu’il y a trois mois alors que je n’avais pas du tout un rythme régulier, et que je partais en voyage toutes les semaines avec toute la bouffe et les écarts que ça implique. Clairement, ce n’était pas « le bon moment », je peux le dire. Mais le souci, c’est qu’à force d’attendre le bon moment, on finit parfois par ne rien faire…

C’est quand le moment, c’est quand le moment (pour reprendre un régime) ?

Pour moi, il n’y a pas de bon moment pour reprendre un régime, pas une période plus idéale qu’une autre, tout simplement parce que vous aurez TOUJOURS UNE RAISON DE CRAQUER ! Regardez, si on prend la logique « je me remets au régime après les fêtes » : en février, Saint-Valentin, mars-avril, les chocolats de Pâques, mai, les ponts et week-ends à droite à gauche, juin -> août, cocktails à la playa en vacances, septembre, sooooldes, octobre, Halloween, et on revient au début ! Et ça, c’est sans compter : les pots au boulot, les soirées avec les potes, les anniversaires, votre anniversaire, les rencards, les invitations…

Quand le choix de ton tupperware devient stratégique...

Quand le choix de ton tupperware devient stratégique…

Je vous jure, en me relançant, j’ai essayé de me remettre au régime au « bon moment », mais j’ai vite laissé tomber l’idée. Parce qu’en fait, depuis que j’ai repris, il n’y a PAS EU UNE SEMAINE durant laquelle je n’avais aucune « obligation » qui pouvait me pousser à craquer. Et ça fait 3 semaines (et en plus, on ne peut pas dire que je suis du genre à sortir tous les soirs)… La vie est une raison à elle toute seule de faire péter tous les régimes du monde. A moins de rester en isolation, il y aura toujours toujours une raison de craquer.

Mais alors, je commence quand mon régime ?

Genre… maintenant ? Non mais sérieusement : si comme moi, vous n’avez pas prévu de grosses fêtes de fin d’année deux semaines en famille à bouffer de la tartiflette ; que vous vous sentez plutôt pas mal dans votre vie ; que vous avez un bon rythme de vie…c’est peut-être maintenant, LE bon moment. Et sinon de manière générale, j’aurais tendance à dire que le bon moment pour commencer un régime n’est pas une question de période, mais d’état d’esprit et éventuellement de mode de vie. Pour moi, c’est vraiment ce qui est important. Vous aurez toujours des tentations, que vous fassiez un régime en avril ou en décembre. Et ces tentations vous paraîtront toujours incontournables pour certaines, même si elles ne sont pas aussi importantes que Noël. Parfois, vous craquerez ou vous vous autoriserez à craquer, mais l’essentiel, c’est surtout de se lancer quand vous vous sentez prêts.

Pour ma part, j’avoue avoir fait une razzia de chocolats de Noël avant de reprendre le régime histoire de me rassasier (pas bien…), et ce n’est pas facile de gérer les pots de Noël au boulot, mais je sais aussi que c’était le bon moment de reprendre en main et que j’ai eu raison de ne pas me laisser freiner parce que « oui mais ça va être trop dur de craquer pendant Noël ». Comme toujours, je ne sais pas jusqu’à quel point je vais pouvoir maigrir, mais je me sens contente d’avoir recommencé, malgré la difficulté 🙂

En tout cas, j’espère que cet article pourra vous aider à avoir « l’impulsion » pour vous relancer là-dedans. N’hésitez-pas à me dire en commentaire si vous attendez le bon moment pour faire régime… ou vous vous êtes lancé(e) ? 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !
Adresses beauté à Lille, Et aussi..., Forme

Color Me Rad 5k : cours toujours baby !

Enfin, j’ai fait ma première « color run » avec la « Color Me Rad » et je peux enfin vous répondre à l’éternelle question : alors, ça vaut le coup ou pas ? Car oui, ces dernières années, on a pu voir tout un tas de courses originales se développer (et les prix de certaines qui ne le sont pas grimper sans raison…) et c’est à chaque fois la même question : ça a l’air cool, mais est-ce que ça en vaut vraiment le coup ? Et SURTOUT le coût (car en général, ce n’est pas donné) ? Réponse immédiatement !

color me rad lille

Les faits : ma première Color Me Rad à Lille (enfin Villeneuve d’Ascq)

La Color Me Rad, c’est une course durant laquelle tu te fais – littéralement – aspergé de poudres de couleurs ! Dans un premier temps,  chaque kilomètre parcouru et à l’arrivée, avec les canons, lors de la fête qui a lieu devant le podium.

Lorsque vous vous inscrivez, vous récupérez un kit pour la course avec un t-shirt Color Me Rad, de la poudre de couleur, des bracelets et une paire de lunettes de soleil (et pas mal de pubs). La course fait au total 5 kilomètres et il y a un départ environ toutes les demi-heures. Le prix est de 28 euros en pré-vente (et 24 euros si inscription à plusieurs).

départ course

color me rad lille v2

gymstreet color run

Le principal attrait de la course, c’est le côté festif ! De la musique à fond au départ et à l’arrivée, un DJ pour mettre l’ambiance, des cadeaux, un animateur, bref c’est la fiesta. Pour le côté sportif, c’est un peu plus léger car même si les participants ont un dossard, il n’y a pas de chronomètre ni de classement.

Les questions : tout ce que vous rêeeeeevez de savoir sur la Color Me Rad

Bon, ok, peut-être pas tout mais en tout cas, les questions qui reviennent le plus quand j’en parle 🙂

  • Ah, c’est pas trop galère avec toute cette poudre, ni trop toxique ?
  • Et tu galères pas trop avec les gens pour courir ? C’est pas genre une course qu’on fait en marchant ?
  • D’ailleurs, est-ce que tu t’en prends vraiment plein la tête ?
  • Quasi 30 balles, c’est cher quand même ?
  • Ouais mais si y’a pas de chronomètre ni rien, à quoi ça sert ?
  • Faut pas être genre avoir l’habitude de courir pour faire une course ?
  • Pfff, ce serait pas QUE du marketing ?

Les réponses avec mon récit de la Color Me Rad 5k de Lille

J’ai eu la chance d’être invitée par l’organisation pour découvrir la course, je ne pourrais donc pas vous parler de l’avant, notamment la récupération des kits à Euralille ( apparemment il y avait parfois pas mal de queues). J’ai néanmoins eu le même kit que tout le monde avec le t-shirt, le dossard, les lunettes, un tatoo éphémère… Pas de problème de taille au niveau du t-shirt ni des lunettes qui serviront bien 🙂 Juste avant le début de la course, je croise Miss France 2015 venue pour donner le départ de la première course (et la faire, je la recroiserai par la suite :!), l’occasion d’une petite photo (elle est belle hein ? ^^) 🙂

color me rad camille cerf collage 2

Nous rejoignons le départ pour la première course… et après un peu d’attente avec un animateur qui « chauffe » un peu l’ambiance, c’est parti ! Un tour du stade et on continue la course à travers petits chemins, parcs, un peu de forêt… Le premier kilomètre arrive vite avec les premiers jets de couleur. Pour éviter d’en avaler, fermez la bouche, gardez vos lunettes de soleil pour vous protéger les yeux et il n’y aura pas de souci ! A savoir : la couleur utilisée est non-allergisante, non toxique, ni cancérigène, elle est composée d’amidon de maïs (plus d’infos).

départ color run course color me rad avis

Dès le départ, je vois rapidement des gens qui s’arrêtent pour prendre des photos, pour marcher. Heureusement, personne ne squattait les « Color Stations » à chaque kilomètre pour se faire plus asperger et tant mieux. Pour ma part, jusqu’au troisième kilomètre avec Tiffany, j’ai tenu le coup mais j’ai fini par m’arrêter trois fois dans les deux derniers kilomètres. Il faut dire que je n’avais pas couru depuis longtemps et que le départ avait été speed 🙂 La ligne d’arrivée finit enfin par se montrer, j’ai fait mes 5 kilomètres en à peu près 35 minutes, je suis contente et j’ai été bien bombardée de couleurs.

qui a testé la color me rad

festival color me rad

Mais ce n’était pas fini ! Après avoir bu au point « eau », direction la scène où un DJ met l’ambiance ainsi qu’un animateur et là… c’est la fête ! Clairement, après les efforts, le réconfort, c’est la première fois que je vis ce genre d’ambiance après une course mais j’adore. Toutes les 15-20 minutes environ, les canons à poudres de couleur nous bombardent, de quoi être encore plus colorée qu’à l’arrivée. J’ai vraiment adoré ce moment, ça valait le coup de faire la course pour l’ambiance au départ mais c’est surtout l’ambiance à l’arrivée qui est géniale et ce côté très festif. Je me serais bien vue rester pour faire la fête jusqu’à ce que ça se termine 🙂

festival color me rad avis

qui connait la color me rad ambiance color me rad ambiance à la color me rad

La sentence : je dis oui !

Pour tout vous dire, j’avais un peu peur avant de faire la course. Peur que ça soit trop marketing, mal organisé, pas si génial que ça. Le résultat, c’est que j’ai beaucoup aimé ! Bien sûr, ce n’est pas un « énorme » challenge sportif, niveau chrono’, classement, ou distance. C’est d’ailleurs aussi le but de la course, que les jeunes comme les moins jeunes et même les familles puissent passer un bon moment.

test color me rad villeneuve d'ascq 2016

Le prix n’est pas donné, et je trouve que c’est dommage si vous ne pouvez pas rester pour profiter du festival car c’est clairement ce qui fait la différence pour moi. Car oui, c’est marrant de se faire un peu bombarder à chaque kilomètre, mais l’ambiance devant le podium, les nuages de couleurs, la musique, je me suis super bien amusée et je ne demande qu’à recommencer en 2017 . Attention, pour 2016, il n’y a plus qu’une Color Me Rad à Nantes 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !